retraite

La réversion de la retraite de base dans le régime des salariés

Lors de la perte d’un des époux, les régimes de retraite garantissent au conjoint ou à l’ex-conjoint survivant dans le cas d’un divorce, une partie de la pension de retraite de base qu’il aurait du percevoir. C’est ce que l’on appelle les droits à la pension de réversion. Ils sont accessibles à toute personne veuve dès lors que le décès de son conjoint soit intervenu au cours de ses années d’activité ou de sa retraite.

Cette pension de réversion n’est attribuée qu’après en avoir fait la demande auprès de sa caisse de retraite, et ses conditions varient selon le régime concerné.

Dans le régime des salariés, elle dépend principalement de condition de mariage, d’âge du conjoint lors de sa demande de réversion et de ses ressources personnelles.

 

 

Il faut avoir été marié avec le défunt pour prétendre à une pension de réversion. C’est la première condition fondamentale de cette pension, qui exclue concubinage et pacsés.

 

Les ressources personnelles du conjoint ou de l’ex-conjoint sont calculées en fonction de ses 12 derniers mois d’activité et ne doivent pas dépasser 2080 fois le taux horaire du SMIC (basé sur l’année de la demande de pension), soit 19 177,60 euros en 2012. Ce montant doit être multiplié par 1,6 dans le cas où le demandeur de la réversion vit en couple (soit 30 684,16 euros en 2012).

 

L’âge du demandeur doit être d’au moins 55 ans depuis la loi de financement de la Sécurité sociale en 2009, et d’au moins 51 ans si le décès est parvenu avant le 1erjanvier 2009. Les conjoints de moins de 55 ans peuvent percevoir une allocation de veuvage sous condition de ressources. Pour percevoir une allocation de veuvage, les ressources du demandeur doivent être inférieures à 2229€ par trimestre.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir