assurance vie

{AF}

Selon le rapport parlementaire sur l’épargne, des députés Karine Berger et Dominique Lefebvre, il serait question de la création d’un nouveau contrat d’assurance-vie pour aider financièrement les entreprises et d'une nouvelle fiscalité.
 
 
Car l'assurance vie reste le placement préféré des Français et représente plus de 1 400 milliards d’euros. Elle enregistre pour preuve une collecte (différence entre versements et retraits) de 3,8 milliards d'euros en janvier 2013 (13 milliards de cotisations et 9,2 milliards d'euros de retrait). Ainsi, 42 % des ménages possèdent une assurance vie.
 
 
Le nouveau contrat aurait pour but de faire investir 100 milliards d’euros avant 2017 dans les entreprises. En favorisant les entreprises dont la croissance est en baisse. Les fonds investis dans les entreprises devraient provoquer la création de plus d’un million d’emplois chaque année jusqu’en 2017.
 
 
Le contrat « euro-croissance »
 
 
Le contrat euro-croissance permettra d'obtenir plus de rendements que les contrats en euros classiques. Les particuliers pourront passer d'un contrat en euros à un contrat euro-croissance sans perdre l’ancienneté des avantages fiscaux du contrat. L'assureur a la possibilité d'investir dans des placements plus risqués.
 
 
Le but de contrat euro-croissance serait de récolter 20 milliards d'euros pour les entreprises. 
Cette volonté des députés doit désormais convaincre un épargnant de moins en moins confiant et une entreprise qui ne désirent pas forcément l’ouverture du capital aux investisseurs.
 
 
Ce contrat vise aussi les particuliers ayant des moyens élevés en  les incitants à investir dans des actions, de l'immobilier.
 
 
Il ne s'agit donc pas de modifier totalement le système d'épargne en France mais de booster d'avantage l'économie. {/AF}